Les Ciments du Sahel

Maître d’ouvrage : Les Ciments du Sahel
Maître d’œuvre : PEG Genève Veritas
Montant des travaux : 9 MdFCFA (13.7 M€)
Durée des travaux : 24 mois

L'Entreprisel a signé le 4 mai 2001 le lot génie civil d’une cimenterie pour la SA des Ciments du Sahel. Située à 60 km au sud-est de Dakar, dans la future zone d’extraction de calcaire, la construction de ce projet a été précédée par l' ouverture d’une piste de 8 km et le forage d' un puits de 110 m de profondeur pour alimenter le site en eau.

La réalisation de cette cimenterie a nécessité la mise en oeuvre de 35 000 m3 de béton, 32 000 t d’acier dont 65 t de précontrainte sous-traitée à Eiffage TP et 75 000 m2 de coffrage dont presque la moitié en coffrage glissant sous-traité à une entreprise française Zuccolo.
Pour se faire, 10 expatriés et 500 employés locaux travaillent ensemble sur le site. Le matériel utilisé comprend 5 grues à tour, 2 centrales à béton d’une capacité globale de production de 100 m3 / heure et une puissance de 1200 KVA fournis par des groupes électrogènes .

L'Entreprise, en partenariat avec le bureau d’étude du siège (le BIEP), a participé à la conception des 4 silos ciment de 50 m de haut réalisés en coffrage glissant.

La tour échangeur de 81 m de haut et le silo d’homogénéisation de 53 m érigés grâce à la grue à tour culminant à 100 m.
La tour de l’échangeur construite grâce à l’alliance des techniques de coffrages glissants pour la structure verticale et de préfabrication pour la structure horizontale.
Le silo d’homogénéisation fut l’un des défis de haute technicité tenus par les équipes de Kirène en alliant coffrages glissants et précontrainte. Réalisés en 10 jours à raison d’une progression verticale moyenne de 23 cm par heure.
L’ensemble de ces ouvrages culminant entre 45 et 80 m constitue aujourd’hui l’un des défis majeurs au Sénégal par son délai d’exécution et la technicité mise en jeu.
  La section ciment fut la première tranche à être réalisée
En parallèle, les équipes construisent des ouvrages annexes complexes, telle la halle d’ajouts composée de voiles de 12 m de hauteur coulés en une seule levée et d’une charpente métallique de grande portée.
Ce chantier fut l’occasion de réaliser des ouvrages aux techniques particulières comme la halle de préhomogénéisation à ossature tri-dimensionnelle de 72 m de diamètre de conception américaine (société Géométrica).
  L’imposante structure bardée de la halle de préhomogénéisation rivalise avec les trémies des ajouts.